Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Catherine Dutigny / Elsa

Catherine Dutigny / Elsa

Auteure de romans, de nouvelles, de contes, rédactrice à La Cause Littéraire


critique de '"Le tour d'Europe en avion" de Manuel Chaves Nogales pour La Cause Littéraire

Publié par Catherine Dutigny sur 18 Juin 2016, 10:28am

Catégories : #critiques de romans

critique de '"Le tour d'Europe en avion" de Manuel Chaves Nogales pour La Cause Littéraire

Le tour d’Europe en avion, Un petit-bourgeois dans la Russie rouge, Manuel Chaves Nogales, octobre 2015, trad. espagnol Catherine Vasseur, 240 pages, 21 €

 

Le tour d’Europe en avion, Un petit-bourgeois dans la Russie rouge, Manuel Chaves Nogales

 

Journal de voyage, reportage journalistique, ce récit a été publié en une vingtaine de chroniques entre août et novembre 1928 dans le journal madrilène l’Heraldo, dont Manuel Chaves Nogales était le rédacteur en chef, puis, augmenté de textes censurés, il parut broché en un seul volume en 1929 aux éditions Mundo Latino. C’est cette dernière version que les éditions Gallimard viennent de traduire et éditer.

Le « petit-bourgeois » républicain comme se définit Manuel Chaves Nogales entreprend un long périple qui va le conduire d’Espagne en France, puis en Suisse, en Allemagne, en Russie de Moscou à Bakou en passant par la Lettonie, enfin en Tchécoslovaquie, en Autriche et en Italie avant de reprendre le chemin de l’Espagne. Moyen de locomotion : l’avion. Le Junkers de préférence, enfin lorsque celui-ci ne tombe pas en panne de moteur ou de carburant, n’atterrit pas en catastrophe dans un champ de blé fraîchement coupé.

Tout au long du récit, le lecteur se familiarise avec les conditions de transports aériens de l’époque, goûte aux joies des trous d’air (sans ceinture de sécurité), au luxe des fauteuils et des cuivres intérieurs, au charme discutable du bourdonnement de l’hélice et à celui beaucoup plus poétique des petits aérodromes de rase campagne. Enthousiaste et visionnaire, il pressent le développement rapide et inéluctable de l’aviation civile, sa démocratisation et le bouleversement que ce mode de transport apportera à la vision du monde par les hommes tant sur le plan culturel qu’économique.

Survoler les villes et raser les montagnes, découvrir la terre à la verticalité, se poser en lieux inconnus, permet au journaliste de poursuivre son objectif : « J’interprète, selon mon tempérament, le panorama spirituel des terres que j’ai traversées à bord d’un avion, je décris des paysages, je relate des entrevues et je rapporte des anecdotes auxquelles je me garde, bien entendu, d’attribuer la valeur absolue qu’elles possèdent peut-être. J’admets pouvoir me tromper. Ma technique est journalistique, et non scientifique. Aller et raconter, tel est mon métier » (p.17).

Manuel Chaves Nogales, va, raconte et rédige ses articles pour des lecteurs espagnols qui vivent sous le régime dictatorial de Primo de Rivera, une démocratie factice, à un moment où le général renforce les liens entre le clergé et l’Etat, combat la laïcité et impose une morale chrétienne stricte. Les multiples détails fleurissant au fil du voyage sur les mœurs des habitants des pays visités, sur les tenues des femmes, l’éducation des filles en particulier, sur le sport, la nudité des corps, la liberté sexuelle qui règne à Berlin ou en Russie, doivent être appréciés à l’aune de ce que les espagnols vivaient à cette époque. Ses efforts entourés de précautions stylistiques pour glisser autant de détails, d’exemples, sans aucun doute pour convaincre ses concitoyens que de tels comportements ne recèlent rien de répréhensible d’un point de vue moral, n’en sont que plus courageux mais aussi que plus pathétiques.

 

Pour lire la suite de l'article, cliquez ICI

Commenter cet article

Joëlle Pétillot 18/06/2016 14:06

Quelque chose de Nicolas Bouvier, alors ? Voilà une personne de plus qu'il me faudra découvrir. Ton article donne envie.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents