Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Catherine Dutigny / Elsa

Catherine Dutigny / Elsa

Auteure de romans, de nouvelles, de contes, rédactrice à La Cause Littéraire


Critique de "Yaak valley, Montana de Smith Henderson pour La Cause Littéraire

Publié par Catherine Dutigny sur 25 Septembre 2016, 11:41am

Catégories : #critiques de romans

Critique de "Yaak valley, Montana de Smith Henderson pour La Cause Littéraire

Yaak Valley, Montana, Smith Henderson

Ecrit par Catherine Dutigny/Elsa 23.08.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, USA, Belfond

 

Yaak Valley, Montana, août 2016, trad. américain Nathalie Perrony, 500 pages, 23 €

Ecrivain(s): Smith Henderson Edition: Belfond

Yaak Valley, Montana, Smith Henderson

 

Début des années 80 aux États-Unis, alors que la bataille entre Jimmy Carter et Donald Reagan pour l’élection du prochain président à la Maison-Blanche bat son plein, Pete Snow, assistant social, œuvre au quotidien à Tenmile dans l’État du Montana pour venir en aide aux plus déshérités, en priorité à leurs enfants. Et du travail, il n’en manque pas dans cette population de marginaux venus se terrer dans la Yaak Valley, loin des mégapoles, pour cacher leur misère et tenter d’oublier dans l’alcool et la dope leur mal de vivre. Dès les premières pages, Smith Henderson dresse un portrait au vitriol de ceux et celles que son principal personnage côtoie :

Les familles éclatées, les mères défoncées au speed, vivotant des allocations chômage qu’elles dépensent en drogue, à défaut de subvenir aux besoins élémentaires de leurs petits : « On la croisait en ville, toute poudrée de blanc, les lèvres barrées de rouge et des traînées bleuâtres autour des yeux, un drapeau américain abstrait, un commentaire vivant sur son propre pays, ce qu’elle était d’une certaine manière » (p15).

« Les habitants souvent incultes de la bourgade : Ici, tous les cinglés et les ivrognes se prenaient de passion pour le Christ /…/ relisaient fébrilement les Écritures /…/ Puis, très vite, ils finissaient par craquer, buvaient ou fumaient, ou gobaient en cachette sans cesser de compulser les pages de papier fin /…/ comme si le respect de la loi divine consistait à lire le Lévitique pour savoir quoi faire à dîner ou choisir la couleur de ses chaussettes » (p.17).

Si on ajoute à la liste toutes les déviances sexuelles de ses jeunes protégés, forgées dans les foyers d’accueil et les instituts psychiatriques pour mineurs, on pense avoir fait le tour des cas limites qui l’entourent et pour lesquels il se dépense sans compter, sans arrière-pensées, avec un entêtement désespéré, parfaitement conscient des moyens dérisoires qui sont les siens.

Pourtant d’autres épreuves l’attendent. La route de Pete Snow va croiser celle de Jeremiah Pearl et de son fils Benjamin, un gamin famélique atteint du scorbut, dans les bois denses et vallonnés des monts Purcell. Et Jeremiah Pearl n’est pas un homme ordinaire. Sauvage, menaçant, c’est un survivaliste qui se prépare à la fin du monde, la tête pleine de théories de complots de préférence judéo-maçonniques, de lectures négationnistes, racistes, évangéliques mal digérées. Antisystème, anarchiste, rejetant toute forme d’aide, matérielle ou médicale, il lutte également contre le dollar papier et troue artistiquement des pièces de monnaie qu’il éparpille dans la région et qui deviennent pour beaucoup des objets de collection recherchés.

Le FBI, à la paranoïa renforcée par la tentative d’assassinat qui vient d’être commise contre Ronald Reagan deux mois après son élection, le suspecte de vouloir fomenter une rébellion, mais aussi d’être l’auteur d’un sextuple meurtre et se lance à sa poursuite.

 

Pour lire la suite cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents